L’hypnose humaniste : définition, présentation des particularités

L’hypnose humaniste : définition, présentation des particularités Dans mon cabinet à Saint-Renan ou à Aulnay sous Bois en fonction de l’histoire de la personne, de ses envies, de sa psychologie, ou en raison de ce qui l’amène en consultation, je vais être conduit à choisir l’hypnose éricksonienne ou la nouvelle hypnose ou au contraire ce type d’hypnose : l’hypnose en ouverture de conscience, appelée humaniste. L’hypnose est toujours un état modifié de conscience, quelle que soit sa nature. Cet état modifié de conscience se fait dans la plupart des techniques par intériorisation, la personne plonge dans son inconscient, au plus profond d’elle-même, séparée de son conscient. L’hypnose humaniste fait exception. L’hypnose humaniste, inventée par les fondateurs de l’Institut Français d’Hypnose Humaniste et Ericksonienne (IFHE), est le seul type d’hypnose qui est non dissociante, c’est-à-dire qui ne sépare pas l’inconscient de la personne de son conscient comme les autres hypnoses (hypnose classique, éricksonienne, ou nouvelle hypnose). Avec ces autres types d’hypnose, les sujets sont entre veille et sommeil, dans leur monde intérieur. Contrairement aux techniques d’hypnose qui procèdent toujours en faisant plonger le sujet dans une intériorisation inconsciente, l’hypnose humaniste fait grandir en conscience la personne en procédant par expansion, ouverture de conscience en réunifiant les deux instances que sont le Conscient et l’Inconscient de la personne. C’est donc l’inverse des autres formes d’hypnoses procédant par repli sur soi : l’hypnose humaniste nous éveille, nous réunifie et permet à la personne d’agir par elle-même à son bien-être. Le thérapeute en choisissant d’avoir recours à cette hypnose considère la personne comme un tout ; c’est une approche globale, autrement dit « holistique ». Il ne fragmente pas...

Ouverture de Conscience par l’hypnose… mais quelle conscience?

(Bouddha couché de la Province de Phra Nakhon Si Ayutthaya, Thaïlande, photo de Claude Beucher-Marsal) La Conscience est un flot universel d’information. On peut l’appeler d’autres façons : le monde des Idées de Platon, le principe de vie, l’Esprit, le Grand Architecte de l’Univers, la Lumière, ou les croyants en une transcendance peuvent y voir une puissance divine, celle du Créateur. Elle nous relie à toutes les autres créatures, êtres et choses qui existent. Elle nous dépasse, en même temps qu’elle nous appartient, puisque c’est notre essence constitutive. C’est cette Conscience majuscule qui est à l’origine de la réalité, de la vie dont nous sommes un fragment, de notre créativité. Elle est donc en nous et hors de nous, partout. D’une certaine façon, nous dépassons les limites de notre corps par cette Conscience et, par la même occasion, cette Conscience est capable de défier l’espace et le temps. Son pouvoir défie les règles de la physique qu’on nous a enseignées à l’école et celles de la connaissance scientifique du siècle passé. Beaucoup est encore à investiguer dans la représentation physique de l’Univers et beaucoup reste à apprendre concernant ce principe de vie. La Conscience est le trait d’union du Conscient avec notre Inconscient individuel et commun à tous. Elle nous unit aussi à autrui, à toutes les autres consciences qui en partagent les bienfaits, puisqu’elle est à l’origine de toutes nos ressources. Il ne faut donc pas la confondre avec le Conscient. Elle contient toutes les informations du monde, tandis que notre Conscient n’en connaît qu’une toute petite partie. Accéder à la pleine Conscience implique de s’ouvrir à son langage...